Après la pluie, le beau temps (Hearthstone)

Ça faisait longtemps qu’on avait pas parlé de Hearthstone ! Même si je n’y passe plus autant de temps qu’avant, j’aime toujours regarder ses évolutions du coin de l’œil, en particulier quand de très bonnes nouvelles pointent le bout de leur nez.

hearthstone-modifications-aquilibrage


Que vous le sachiez ou non, c’est demain que sortira la septième extension de Hearthstone, intitulée Chevaliers du Trône de Glace. Évidemment, si vous faites partie des petits fous qui vont passer la nuit sur leur ordi pour essayer d’être le premier, je ne vous apprendrai sans doute pas grand chose, mais cette édition apporte son lot de nouvelles mécaniques et de cartes intéressantes – et de bulldozers qui rouleront probablement sur tous les decks, mais passons. Dans mes dernières brèves sur ce jeu, je me montrais assez sceptique vis-à-vis de la capacité de Hearthstone à conserver ses joueurs sur la durée : quand Blizzard se pavane avec ses 70 millions de comptes Hearthstone créés, il faut se rappeler que ça ne reflète pas du tout le nombre de joueurs actifs et réguliers. Pourtant, même si la peur que ce ne soit qu’un sursis me fait garder mes réserves, l’extension CTG m’a permis de me rendre compte que quand les développeurs veulent, ils peuvent. CTG s’annonce pour moi comme une des extensions les plus importantes de l’histoire du jeu, et ce pour 3 raisons :

Tout d’abord, on a eu la preuve que Blizzard se souciait vraiment – parfois – des joueurs lambda, de ceux qui ne paient jamais ou mettent seulement quelques euros de temps en temps, et qui ne peuvent ou ne veulent pas s’offrir un pack de 50 boosters à 45 balles. Ça s’est d’abord vu, et c’est sans doute le plus important, grâce à la période de la Fête du Feu : pendant deux semaines (du 5 au 19 juillet), la quantité de pièces d’or qui récompensait n’importe quelle mission était doublée, ce qui permit aux joueurs de faire des réserves considérables pour l’extension qui s’annonçait. Et immédiatement après, chose que personne n’attendait, une nouvelle période de deux semaines pendant laquelle le jeu favorisait largement les combats d’Arène – où les decks des deux joueurs sont faits de cartes choisies parmi des groupes tirés aléatoirement. Tout ça sans mentionner les paquets de CTG obtenus en avance via les Bras de Fer en lieu et place des boosters classiques : c’est simple, j’ai enfin eu l’impression qu’ils avaient compris le concept de générosité. Alors que les deux éditions précédentes avaient débarqué dans un silence des plus solennels, avec quelques minces occasion de gratter un paquet ou deux, Blizzard a décidé de mettre les bouchées doubles pour mobiliser toutes les strates de la communauté Hearthstone, des plus dépensiers aux autres, et sans léser personne. D’accord, on a bien envie de caler un proverbe latin type « panem et circenses » quand on voit la capacité de la compagnie à passer de l’attentisme total à la débauche de récompenses, mais on ne s’en plaindra pas – pas moi, en tout cas.

Capture d’écran (13).png

Disons que ça compense la quête toute pourrie qu’il avait eu dans Un’Goro…

Nouvelle mécaniques, nouveaux types de cartes : l’extension n’est pas encore disponible, mais on connaît déjà absolument toutes les cartes qu’elle contient. Et ça permet de se rendre compte que Blizzard en a encore sous le coude en ce qui concerne le renouvellement du jeu et des capacités. Premier point, les nouvelles cartes légendaires du type « Chevalier de la Mort » – ou DK pour Death Knight. Ces cartes sont intégrées à votre deck comme des serviteurs normaux, mais aussitôt que vous les jouez, elles remplacent votre héros et lui donnent un nouveau pouvoir, tout en balançant un Cri de Guerre au passage. On pourrait crier à l’escalade dans le ridiculement puissant – ils ont réussi à faire pire que Exodia l’Interdit, et c’est pas peu dire -, mais leur concept même témoigne de l’inventivité des concepteurs des extensions, qui ont déjà du commencer à charbonner pour la prochaine.

« Hearthstone a tout à gagner de voir ce qui s’est fait ailleurs et de chercher comment l’intégrer à sa structure particulière »

Mais ce qui a surtout retenu mon attention, c’est la nouvelle capacité de certaines cartes, intitulée Vol de Vie. On l’oublie souvent au vu de sa domination sans partage sur les écrans, mais Hearthstone n’est qu’un JCC* parmi beaucoup d’autres, certains existant depuis bien plus longtemps que lui. Et même s’ils se posent parfois en concurrents, ces illustres ancêtres n’en sont pas moins de véritables sources d’inspiration pour le jeune de la bande qu’est le jeu de Blizzard. Le Lifesteal n’est rien d’autre qu’un repompage à peine masqué du Lien de vie qui existe depuis des années chez Magic the Gathering, le grand-père des jeux de cartes à collectionner, qui fait qu’un serviteur qui inflige des dégâts à un adversaire soigne le héros allié du même montant. Et même si on pourrait faire un scandale, je me dis que dans un jeu de ce genre, avec des points d’attaque et de vie assez réduits, une capacité de ce genre était finalement inévitable. Que Hearthstone a tout à gagner de voir ce qui s’est fait ailleurs et de chercher comment l’intégrer à sa structure particulière, car c’est ce qu’ont fait et feront tous les JCC, et même les jeux vidéo en général. Et que, s’il le fait avec retenue, en ajoutant par touches des capacités cohérentes avec l’ensemble, peu importe que ce soit du déjà-vu et que ça ait été fait ailleurs des douzaines de fois.

Jusque-là, l’originalité de Hearthstone se trouvait surtout dans la forte quantité d’aléatoire qui dirige les parties, mais les capacités comme Charge ou Toxicité ont toujours été largement inspirées par ses prédécesseurs, Magic ou autre. Grâce à toutes les idées que les autres jeux de cartes ont amenés, Hearthstone a sous la main une réserve considérable de méthodes toutes prêtes pour apporter de la nouveauté aux parties et diversifier les possibilités de jeu. Rien que dans cette édition, Blizzard montre sa capacité à réutiliser des concepts déjà existants, mais aussi à créer des mécaniques complètement originales, ce qui me fait espérer que Blizzard met toujours autant, sinon plus d’efforts qu’avant à concevoir ses cartes et à penser sur autre chose que du court terme. Ce qui n’est pas de trop quand on sait que la concurrence surgit de partout, même de chez Valve avec son Artifact. Tout ça pour dire que je vais sans doute me remettre à Hearthstone, finalement.

hearthstone-640x360

A propos, j’attends avec impatience les cartes terrain qui donneraient des bonus/malus selon la classe ou le type comme dans Yu-Gi-Oh !, une capacité comme l’Initiative de Magic ou d’autres cartes multicolores. Vous pouvez me faire ça pour la prochaine extension svp, merci.

*JCC = Jeu de Cartes à Collectionner

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s